Yuan Hongdao 袁宏道 (1568-1610) et « L’onde de la littérature » (texte en chinois et traduction)


Yuan Hongdao 袁宏道 (1568-1610), poète et essayiste de l’époque des Ming, compare la littérature à l’eau, sujette aux multiples métamorphoses. Son poème en prose intitulé « L’onde de la littérature » est présenté ici dans la langue originale, en chinois, et suivi de sa traduction…

 

《文漪堂記》鈔

余既僦居東直房,潔其廳右小室讀書,而以徐文長所書“文漪堂”三字匾其上。

或曰:“會稽,水鄉也,今京師囂塵張天,白日茫昧,而此堂中無尺波一沼之積,何取於漣漪而目之?”居士笑曰:“是未既水之實者也。夫天下之物,莫文于水,突然而趨,忽然而折,天回雲昏,頃刻不知其幾千里。細則為羅縠,旋則為虎眼,注則為天紳,立則為嶽玉;噴而為霧,吸而為風,怒而為霆;疾徐舒蹙,奔躍萬狀。故天下之至奇至變者,水也。夫余,水國人也。少焉習于水,猶水之也。已而涉洞庭、渡淮海、絕震澤,放舟嚴灘,探奇五泄,極江海之奇觀,盡大小之變態,而後見天下之水,無非文者。既官京師,閉門構思,胸中浩浩,若有所觸。前日所見澎湃之勢,淵洄淪漣之象,忽然現前。然後取遷、固、甫、白、愈、修、洵、軾諸公之編而讀之,而水之變怪,無不畢陳於前者。或束而為峽,或回而為瀾,或鳴而為泉,或放而為海,或狂而為瀑,或匯而為澤,蜿蜒曲折,無之非水。故余所見之文,皆水也。今夫山高低秀冶,非不文也,而高者不能為卑,頑者不能為媚,是為死物。水則不然。故文心與水機,一種而異形者也。夫余之堂中,所見無非水者。江海日交於睫前,而子不知,子則陋矣,余堂何病焉?”

Yuan Hongdao (1568-1610)

L’onde de la littérature

« Après avoir loué une maison près de la porte de Dongzhi, j’ai aménagé ma bibliothèque dans une petite pièce à droite de la grande salle et, au-dessus de la porte, j’ai écrit ce nom, emprunté à Xu Wei : cabinet de l’Onde de la littérature.

Quelqu’un me dit : “La région de Guji n’est qu’un vaste paysage d’eau. Mais ici, à la capitale, le bruit et la poussière montent jusqu’au ciel et obscurcissent l’éclat du soleil. Il n’y a pas une goutte d’eau dans ce cabinet, comment imaginer y voir une onde ?”

Ermite de ce lieu, je répondis en souriant : “Il ne s’agit pas de la réalité de l’eau. Mais rien, sous le ciel, n’est plus proche de la littérature que l’eau. Elle part soudain tout droit, ou soudain change de cours. Elle couvre et découvre le ciel ; en un instant, une sombre nuée s’étend à l’infini. Ténue, c’est un voile de soie ; en tourbillon, c’est l’œil d’un tigre ; en cascade, c’est un rayon céleste ; dressée, c’est un mont de jade ; déployée, c’est un dragon ; éparpillée, c’est la brume ; inspirée, c’est le vent ; irritée, c’est le tonnerre. Rapide ou lente, nonchalante ou brusque, elle jaillit sous dix mille formes. Voilà pourquoi ce qu’il y a de plus prodigieux, de plus changeant sous le ciel, c’est l’eau. Né dans un pays d’eaux, j’ai été habitué à l’eau dès l’enfance, je vois de l’eau partout. J’ai traversé le Dongting, passé par la Huaihai, exploré le Taihu ; j’ai arrêté mon bateau au Yantan, visité les merveilles des Wu Xie, parcouru les plus beaux sites des fleuves et des lacs, épuisé toutes leurs métamorphoses. Et, après cela, je pense qu’il n’est pas, sous le ciel, d’eau qui ne soit littérature.

Depuis que je suis en poste à la capitale, je ferme ma porte et poursuis ma méditation. Ma poitrine se dilate comme lors d’une rencontre réelle. Tout ce que j’ai vu autrefois, vagues déferlantes, remous profonds et rides de surface, est soudain devant moi. Je prends alors un livre, de Qian, Gu, Fu, Bai, Yu, Xiu, Xun ou Shi et, à mesure que je lis, l’eau déploie devant moi toutes ses fantastiques métamorphoses. Elle se ramasse dans une gorge, se roule dans des vagues, chante dans une source, se dilate dans une mer, se déchaîne dans une cascade, se recueille dans un étang. Tout ce qui est souple et sinueux est eau. Toute littérature, pour moi, est eau. Une montagne, haute ou basse, si elle est belle ou gracieuse, sans doute est-elle aussi littérature ; mais ce qui est haut ne peut s’abaisser, ce qui est raide ne peut charmer, c’est chose morte. L’eau, non. Aussi l’âme de la littérature et celle de l’eau sont-elles une seule et même chose sous leur apparence différente. Voilà pourquoi je ne vois, dans ce cabinet que de l’eau. Les fleuves et les mers se succèdent jour après jour devant mes yeux. Si vous ne le comprenez pas, c’est que vous avez l’esprit borné. Qu’y a t-il à redire à ce nom ? » (traduction Martine Vallette-Hémery, « La dynastie des Ming » in Anthologie de la poésie chinoise, La Pléiade/Gallimard, 2015)

Calligraphie de Yuan Hongdao (1609)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s