« Voyages immobiles dans la prose ancienne. La peinture narrative sous la dynastie Ming (1368-1644) » par Cédric Laurent (Les Belles Lettres, 2017)


Les textes en prose ancienne dont les peintres Ming se sont emparés sont des monuments littéraires, parfaitement connus de la classe lettrée ; les peintures qui les prenaient pour thème constituaient, comme le dit Cédric Laurent, un moyen pour l’amateur, qui aimait avant tout les Lettres, d’effectuer un « voyage immobile » dans le texte de référence. 

View original post 1 517 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s