Le chemin de fer du Yunnan. Une aventure française en Chine (éditions Elytis, 2016)


Le chemin de fer du Yunnan. Une aventure française en Chine est le récit de deux français, Albert Marie (1875-1940) et George-Auguste Marbotte (1861-1936), qui ont participé à la construction d’une ligne de chemin de fer dans le sud-ouest montagneux de la Chine… L’ouvrage collectif d’Odile Bernard, Élisabeth Locard et Pierre Marbotte, publié en octobre 2016 aux éditions Elytis avec le soutien de la Fondation La Poste, rassemble les correspondances et les photographies d’Albert Marie et de Georges-Auguste Marbotte.

chemin-de-fer-du-yunnanPrésentation (4e de couverture)

En Chine, au début du XXe siècle, la région du Yunnan devient le théâtre de l’un des projets les plus ambitieux de son temps : construire un chemin de fer qui relierait le Tonkin de la colonie indochinoise, jusqu’à la capitale du Yunnan. Tout concourt à en faire un projet fou : le climat, le relief tourmenté par les hautes montagnes, l’approvisionnement des matériaux sur des sentiers que seuls peuvent parcourir des porteurs ou de petits chevaux… Enfin le recrutement de la main d’œuvre sur place – il y aura jusqu’à 60 000 coolies* sur le chantier – ne sera pas mois compliqué.

Albert Marie et George-Auguste Marbotte décident de participer à ce défi exceptionnel. L’un est ingénieur, ambitieux et déterminé à gravir les échelons pour donner à sa famille un avenir meilleur. L’autre est comptable, épris d’aventure et passionné de photographie. Il sera rejoint plus tard par sa femme et son nouveau-né.

chine_yunnan

A trois mois de distance épistolaire de leur patrie, tous deux auront une correspondance régulière avec leurs familles respectives; évoquant les difficultés sur le chantier et la vie quotidienne dans le sublime décor du Yunnan. George-Auguste Marbotte s’y révèlera un photographe de grand talent.

Pour aller plus loin, sur internet…

>>> Accédez à la galerie de photos (site Atelier 14/Fleuve rouge consacré à George-Auguste Marbotte), en cliquant sur l’image ci-dessous :

Le Chemin de fer du Yunnan clichés de George Auguste Marbotte de 1903 à 1906

Le Chemin de fer du Yunnan clichés de George-Auguste Marbotte de 1903 à 1906

 

_________________________

* Le terme coolie vient du chinois kǔlì 苦力 = amer, pénible et = force – qui désigne littéralement quelqu’un qui utilise sa force avec amertume, effectuant des travaux très pénibles.

 

Champs en terrasses (Chine, Yunnan actuel)

Champs en terrasses (Chine, Yunnan actuel)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s