Diane de Selliers, l’amour des beaux livres (Bernard Thomasson)


Bernard Thomasson

rencontre-de-diane-avec-la-bhagavadgita-1166 Diane de Selliers à Jaipur, en Inde

Après avoir travaillé chez plusieurs grands éditeurs, Diane de Selliers décide, en 1992, de fonder sa propre maison autour d’un pari difficile : marier les écrits majeurs de la littérature avec les plus grandes œuvres d’art.

Visvarupa, Kashmir, milieu du XIXe siècle., © Courtesy of the National Museum, New Delhi Visvarupa, Kashmir,
milieu du XIXe siècle.,
© Courtesy of the National Museum, New Delhi

Elle exhume avec émerveillement des textes fondateurs enfouis, puis part en quête, avec la minutie et la ténacité du chercheur d’or, d’une iconographie rare, souvent inaccessible au grand public, pour n’en garder que les plus belles pépites. Cette année, son choix s’est porté sur la Bhagavadgita, qui a façonné des générations d’Indiens (Gandhi l’appelait sa « mère »). Diane de Selliers est L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

la_bhagavadg_299_t_257_01

View original post

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s