« Partir » : conquérir, quitter, fuir, s’exiler, voyager, découvrir (Le Monde, hors-série 2016)


« Partir », un hors-série du Monde conçu en partenariat avec France Culture autour de six thématiques évoquées dans le sous-titre – « conquérir, quitter, fuir, s’exiler, voyager, découvrir » – fait écho aux « Rendez-vous de l’histoire » de Blois, qui se sont tenus du 6 au 9 octobre 2016. La rubrique Conquérir/quitter contient un article de Philippe-Jean Catinchi, intitulé « La méthode Ricci en Chine ». Une reconnaissance de l’incontestable efficacité de l’action missionnaire des jésuites en Chine dont le fameux Matteo Ricci…

partir_le-monde_hors-serie_2016

Matteo Ricci, un « passeur » entre l’Occident et la Chine

Matteo Ricci (1552-1610) – Lì Mǎdòu 利瑪竇 – missionnaire jésuite italien, est reconnu tant par les Européens que par les Chinois comme un « passeur » entre l’Occident et la Chine, souligne Philippe-Jean Catinchi, dans son article intitulé « La méthode Ricci en Chine« , publié dans le hors-série du Monde « Partir ».« N’est-il pas, – ajoute-t-il – avec le Vénitien Marco Polo, le seul étranger célébré au Millennium Center* de Pékin ? » D’ailleurs on peut voir la tombe du savant italien non loin de la Cité interdite… C’est dire son prestige auprès de l’empereur.

Tombe de Matteo Ricci à Pékin

Tombe de Matteo Ricci à Pékin

Pour ce qui est de la France, il a donné son nom, notamment à Paris, à un centre d’études chinoises : l’Institut Ricci. Cet institut, affilié au Centre Sèvres poursuit, dans le cadre des facultés jésuites de Paris une importante œuvre sinologique – la sinologie, discipline dont Matteo Ricci est considéré comme l’initiateur – diffusée sous forme d’enseignements, de conférences et autres colloques ainsi que d’édition de nombre d’ouvrages savants, dictionnaires et encyclopédies en langue française, précieux pour les spécialistes et autres sinologues.

Matteo Ricci (1552-1610)

Matteo Ricci (1552-1610)

La « méthode Ricci » ou comment « permettre une greffe durable du christianisme »

Favoriser la pénétration du christianisme dans l’Empire du Milieu en mettant en œuvre une « nouvelle démarche d’inculturation«  : telle est la mission que remplit Matteo Ricci dans la Chine des Ming, au 16e siècle. Celui-ci bénéficie de l’expérience d’autres missionnaires de la Compagnie de Jésus qui l’ont précédé – jésuites italiens et portugais -, dont Philippe-Jean Catinchi peint quelques portraits. En particulier Alessandro Valignano (1539-1606) prône une nouvelle méthode d’évangélisation, éprouvée lors de ses précédentes missions en Extrême-Orient, qui passe par l’apprentissage de la langue…

Matteo Ricci et Xu Guangqi

Matteo Ricci et son ami Xu Guangqi

Quelle est la méthode propre à Matteo Ricci ? Fidèle au multilinguisme cher aux jésuites, comme le fait remarquer P.-J. Catinchi, la « méthode Ricci » est héritée de son confrère contemporain, Alessandro Valignano (1539-1606), et consiste à « apprendre d’abord la langue du lieu pour implanter les séminaires voués à la formation d’un clergé autochtone ». Il s’agit d’apprendre en Chine, où il est envoyé, la langue officielle chinoise.  La méthode s’avère très efficace du point de vue de l’évangélisation puisque des lettrés chinois se convertissent au christianisme. Mais Philippe-Jean Catinchi constate néanmoins que « Loin d’appliquer une stratégie déterminée en amont, Matteo Ricci et ses confrères identifient patiemment une culture dont l’apprentissage est nécessaire pour permettre une greffe durable du christianisme ». Le temps fait son œuvre et Matteo Ricci avec lui, grâce à la ténacité dont il fait preuve, en dépit de la difficulté de la langue chinoise…

Inventer sa voie

Il « invente sa voie – conclut Philippe-Jean Catinchi –  en apprivoisant un monde qui n’a rien de sauvage mais où les difficultés d’approche, multiples, justifient de s’adapter toujours selon la nécessité […]. Savoir s’adapter n’est-ce pas aussi précisément l’un des génies de la stratégie chinoise mise en pratique tout au long de l’histoire de la Chine, que l’on nomme aujourd’hui soft power dans sa version culturelle ?

________________

*Le Millenium Center de Pékin expose un gigantesque bas-relief en marbre représentant les grandes figures de l’histoire chinoise, du 1er empereur Qin Shihuang aux autres personnalités du XXe siècle. Seuls deux étrangers – deux Italiens – y figurent : Marco Polo et Matteo Ricci vêtu des habits du lettré confucéen.

 

Philippe-Jean Catinchi (©Muriel Chemouny, 2012)

Philippe-Jean Catinchi (©Muriel Chemouny, 2012)

Philippe-Jean CATINCHI est critique littéraire, historien et journaliste au Monde. Il participe depuis des dizaines d’années – comme conférencier et animateur – au festival littéraire et artistique annuel des Rencontres d’Aubrac :

Cap corsin, né au sein d’une famille de musiciens, Philippe-Jean Catinchi est, par ordre alphabétique, adepte de la course d’orientation et de la course en montagne, admirateur de Vladimir Nabokov et d’Italo Calvino, agrégé d’Histoire, animateur de débats sur la littérature ou l’histoire, auteur de livres pour la jeunesse et d’un essai sur les polyphonies corses, escrimeur, grand-père du petit Léo, journaliste au Monde, membre de divers jurys (Goncourt des Lycéens, Prix du livre d’Histoire du Sénat…), père de trois enfants, régulièrement au Musée de Cluny (Paris Ve) pour y animer la soirée Un livre, un mois, spécialiste de Marguerite Yourcenar et soucieux d’éviter les étiquettes réductrices. Une gageure en somme.

__________________

>>> Pour aller plus loin…

sens-reel-seigneur-du-ciel_matteo-ricci_thierry-meynard_belles-lettres_couv

 

  • GERNET Jacques. « La Politique de conversion de Matteo Ricci en Chine/ Matteo Ricci’s Conversion Policy in China. In: Archives de sciences sociales des religions, n°36, 1973. pp. 71-89 :

archives-sciences-sociales-religions_1973_num_36_couv

>>> Pour une bibliographie de l’histoire des chrétiens en Chine des Ming aux Qing, consultez à cette adresse http://www.matteo-ricci.org/Textes/bibliographie_et_liens_Internet_histoire.pdf

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s