Naître du cri ? « Eclosion » dans la Nuit blanche par Margot Sputo et Célia Bertrand


« Éclosion », l’installation réalisée par les deux artistes Margot Sputo et Célia Bertrand a été présentée lors de la Nuit blanche, le 3 octobre dernier, à la Galerie Mansart à Paris. Le défi du duo : comment rendre visible le son d’un cri ?

« Éclosion » est l’aboutissement d’une rencontre suivie de l’échafaudage d’un projet artistique à deux voix, deux voies artistiques en résonance : Margot Sputo pour la photographie et Célia Bertrand pour la sculpture. Mais cet aboutissement à deux résulte aussi d’une réflexion en amont sur le cri, menée seule au départ par Margot Sputo. Comment rendre visible le son d’un cri ? Quelle transformation engendre-t-il ?

Pour Margot Sputo, le processus de création s’est déroulé de 2012 à 2014 dans le cadre universitaire : il s’agissait pour elle de réaliser des portraits photographiques de femmes et d’hommes, âgés de 23 à 50 ans, en train de crier. Un studio était mis à disposition des étudiants pour qu’ils réalisent leurs projets dans les locaux de l’Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis. Il y avait une majorité de femmes, et certaines personnes étaient mal-entendantes. Margot m’avait parlé de ce projet, auquel j’ai adhéré pleinement et participé avec enthousiasme. Son titre : CRI-OFF, CRI-ON. A l’abri des regards et dans ce local insonorisé, seule avec son modèle, l’artiste demandait de crier dans l’intimité de ce lieu… CRI-ON, le cri visible. Puis il fallait se revêtir le buste d’un corsage, se recouvrir entièrement le visage avec la chevelure ramenée en avant, de façon à laisser croire à un portrait de dos… CRI-OFF, le cri invisible. Confiance totale et complicité avec l’artiste indispensables… De nombreuses prises de vues furent nécessaires pour le CRI-ON, le temps d’une séance de pose – buste nu cette fois – avant de retenir, au moment du tri des clichés par la photographe, les expressions les plus authentiques. Les cris avaient été enregistrés au moment des séances sans être utilisés pour l’exposition finale des portraits : CRI-OFF, CRI-ON a eu lieu d’abord dans le cadre universitaire en 2014, puis a été reprise à la galerie Mainsd’œuvres, à Saint-Ouen, du 26 au 29 mars 2015, lors de l’exposition « Tant pis pour l’invisible ».

CRI-OFF, CRI-ON (©Margot Sputo, 2014)

CRI-OFF, CRI-ON (©Margot Sputo, 2014)

 

CRI-OFF, CRI-ON : exposition Margot Sputo (2014)

CRI-OFF, CRI-ON : exposition Margot Sputo (2014)

« L’homme naît grâce au cri » comme l’affirme le poète Claude Vigée, lui qui a poussé son cri de vie, de résistance à la barbarie nazie, en choisissant le pseudonyme « Vie, j’ai ! »… Le cri est la première expression orale de la venue au monde. Mais il n’est pas donné à chacun de crier sur commande, surtout quand ce cri est étouffé chez l’adulte pour diverses raisons personnelles, depuis de nombreuses années… Margot m’a confié que certaines personnes ont expulsé spontanément, dans un cri libérateur, leur souffrance enfouie, quand d’autres n’ont pu produire un seul son… Pour ma part, j’ai choisi de ne pas crier, mais de mimer le cri. Et cet artifice se voit sur le portrait final : moins de tension dans l’expression, plus proche de celle d’un visage qui chante, qui concordait parfaitement avec l’état d’esprit dans lequel j’étais, pas d’abandon, le corps et l’esprit étant à ce moment-là en bonne intelligence…

Or, c’est justement cette question du point de rupture entre le corps et l’esprit que les deux artistes Margot Sputo et la sculptrice Célia Bertrand ont traduit dans « Éclosion« , avec l’idée que ce point de rupture mène à la métamorphose… En entrant, je fus saisie. Un cri muet. Aucun son ne venait ni troubler ni amplifier l’émotion que produisaient incontestablement ces portraits, une émotion oppressante… Un cri qui faisait éclater ces visages défilant en diaporama sur un écran, en autant d’éclats – de céramique, qui pourraient constituer le masque, le masque social ? – et révélait le vrai visage de celle ou celui qui naît à la vie, après une métamorphose réussie ?

« Éclosion » : Margot Sputo, 2015

« Éclosion » a été exposée à la galerie Mansart, au cœur du Marais, le 3 octobre dernier, lors de la Nuit blanche.

« […] Ces photos sont projetées sur un grand panneau créé spécialement pour l’installation, à mi-distance entre la photo projetée et le vidéoprojecteur, des pièces en porcelaine y sont suspendues. Une dizaine de pièces ont été réalisées au fur et à mesure des prises de vues. De l’autre côté du panneau se trouvent des petites têtes en terre. Alignées, chacune isolée dans son propre cri, elles sont posées sur un miroir afin de jouer avec l’idée de résonance. »

"Éclosion" : Célia Bertrand, céramiques 2015

« Éclosion » : Célia Bertrand, céramiques 2015

>>> Découvrez les projets artistiques de Margot Sputo ici. 

>>> Découvrez les œuvres de Célia Bertrand ici

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s