Buenos Aires à l’honneur


Bernard Thomasson

indexDavid Lelait-Helo racontait l’autre jour, au prix Folire pour lequel son livre est en sélection officielle, pourquoi l’Argentine cherche ses racines : « On dit des Mexicains qu’ils descendent des Aztèques, des Péruviens qu’ils descendent des Incas, et des Argentins qu’ils descendent du bateau ! » Au-delà du bon mot, voilà qui démontre comment une poignée de colons, s’installant au XVI° siècle à l’embouchure d’un fleuve, ont fondé ce qui est devenue aujourd’hui une mégapole de près de quinze millions d’habitants : Buenos Aires (« bons vents »). Dans son roman, l’écrivain donne la parole aux murs d’une demeure menacée de destruction ; ils se mettent à révéler le drame de la vieille dame qui y habite depuis plus d’un demi-siècle. Trois héroïnes pour un seul livre : Soledad Salvador, sa maison, et la ville.

IMG_2309La capitale argentine est aussi au cœur d’une exposition à découvrir à la Maison Rouge, cette fondation d’art…

View original post 163 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s