Tian’anmen : le 4 juin 1989 des chars et… le 5 juin, un homme seul contre tous, « Tank Man »


Tian’anmen à Pékin, la place de toutes les révolutions : 4 mai 1919, environ soixante-dix ans après, 4 juin 1989… Quid de la commémoration ce 4 juin 2015?

Dès 1986, Hu Yaobang, alors secrétaire général du Parti communiste chinois, prône la libération de la pensée et la mise en œuvre de réformes politiques. Cette ouverture prônée par Hu Yaobang va trouver un écho favorable auprès de la jeunesse étudiante qui aspire à plus de démocratie et le revendique d’ailleurs en manifestant dans les grandes villes, à Shanghai, Nankin, Pékin. Mais il faut aussi se rappeler le contexte international. Car au même moment, l’autre grand pays communiste, l’URSS, est, elle aussi, en plein bouleversement du fait des réformes économiques et sociales menées par Mikhaïl Gorbatchev depuis 1985, c’est ce qu’on appelle la Perestroïka (jusqu’en 1991). Tout cela fait donc qu’en Chine, ces jeunes, baignés dans cette atmosphère de libéralisation tous azimuts, se demandent s’ils ne peuvent pas aller plus loin dans leurs revendications, en particulier leurs revendications politiques et demandent donc, une démocratisation du régime chinois. Et cette fois, ils manifestent sur la Place Tian’anmen à Pékin du 15 avril au 4 juin 1989. Ce sont des étudiants, des intellectuels et bientôt des ouvriers qui manifestent pour dénoncer la corruption, les inégalités sociales et l’absence de libertés, et pour demander des réformes politiques et démocratiques. Le mouvement a gagné déjà d’autres grandes villes de province chinoises comme Xi’an, Changsha et Shanghai. Les manifestations dégénèrent d’ailleurs à Xi’an et à Changsha. Certains étudiants de province se rendent à Pékin pour rejoindre la manifestation. Tout au long du mois de mai, les manifestations vont se poursuivre  dans le pays, et à Pékin, le gouvernement, n’arrivant pas à contenir suffisamment les protestataires, décrète la loi martiale. Entre les 3 et 4 juin, l’armée et les chars interviennent sur la place Tian’anmen : le 4 juin 1989, c’est le coup d’arrêt de la manifestation de Tian’anmen, en même temps que le coup d’envoi dans les années suivantes de « l’effondrement du communisme en Europe, de la chute du mur de Berlin et  de l’implosion de l’URSS » selon Marie Holzman.

Une photo datée du 5 juin 1989 reste dans les mémoires, celle d’un homme vêtu du chemise blanche, vu de dos, debout, face à une colonne de chars qui n’ose avancer. « Tank Man« , c’est le nom qui a été attribué à cet anonyme, faute de connaître son identité, qui devient le symbole universel de la non-violence face à la résistance armée.

A l’occasion du 25e anniversaire des événements tragiques de la Place Tian’anmen, le 4 juin 2014, les autorités de la République Populaire de Chine craignaient encore des troubles. La connexion internet était ralentie…

Un flash info de l’année dernière, 4 juin 2014, diffusé par la chaîne Euronews en témoigne, avec l’analyse de Rémi Castets (Université Bordeaux-Montaigne, Département d’études orientales et extrême-orientales)

Quid du 4 juin 2015 vu de France ? Quelques pistes

RFI consacre un article sur la lettre que des étudiants expatriés chinois – qui n’ont pas connu les événements de Tian’anmen, mais ont été informés sur les faits à l’étranger – ont envoyé à leurs camarades restés en Chine : Tiananmen : la lettre d’étudiants chinois expatriés à leurs camarades

Marie Holzman – spécialiste de la Chine contemporaine et de la dissidence – souligne, dans son article publié sur le Le Monde.fr, daté du 4 juin 2015, intitulé « La commémoration du massacre de Tian’anmen interdite en Chine » : « […] Mais en ce 26ème anniversaire, la lassitude se fait sentir. Les rangs des dissidents chinois en exil sont de plus en plus clairsemés, et la mémoire du drame s’est enkystée, douloureuse mais enfouie sous des couches de censure, d’autocensure, de dénigrement et de déceptions. […] ». Et de conclure : « […] Profitons donc qu’en France, au moins, la liberté de commémorer l’un des événements les plus tragiques que la Chine ait connu depuis le début des réformes économiques en 1980 reste un droit incompressible. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s