Quand la culture surpasse l’histoire


Bernard Thomasson

Aragon pensait que « la souffrance enfante les songes », et il précisait que « l’homme crie où son fer le ronge, et sa plaie engendre un soleil » (Les Poètes, 1960). Pourtant, comment créer à partir de l’horreur la plus absolue ? Des syrieartistes syriens ont publié en 2013 un livre rassemblant leurs oeuvres, dessins, photos, peintures, collages (L’art en armes, Le Monde/Lamartinière). La préface de Jacques Mandelbaum préparait le lecteur : « La mort tapie derrière l’œuvre, et l’œuvre comme défi à la mort. »

KaufmannSerge Kauffmann, lui, a composé une oeuvre magistrale à partir de la Shoah : Ima où la mère dépossédée. Défi ultime face à l’un des drames les plus ignobles de l’humanité. Par une écriture musicale empreinte de la douleur mais aussi d’une forme d’espérance, par des harmonies puissantes et une mélodie qui emporte avec elle, ce musicien offre un moment artistique d’une grande humanité, bien qu’il soit né de l’inhumain.

Récemment…

View original post 41 mots de plus

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s