Exil et réconciliation


Dans le cadre du colloque international organisé autour de l’œuvre du poète et essayiste Claude Vigée , intitulé « Tu dis pour naître« , qui se déroulera du 5 au 6 juin 2015 à l’Université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle, j’interviendrai pour parler de l' »Exil et réconciliation : autour de la notion hébraïque de réparation ».

Présentation de ma contribution :

« L’existence humaine est marquée collectivement par une succession d’exils, dont la Bible notamment se fait la transmettrice, à travers les récits des tribulations du peuple d’Israël qu’elle relate. Dès les origines, l’Adam est expulsé du jardin en Eden baigné de félicité, puis suivent les différentes tribulations des patriarches, celles du peuple d’Israël, les épreuves, sur fond d’exil des âmes humaines qui se corrompent à de multiples reprises dans l’adoration d’idoles proscrites, dans diverses trahisons, etc. Les exemples d’exils ne cessent de se multiplier de nos jours encore, répétant depuis des siècles ce que les prédécesseurs ont aussi vécu, portant à croire que l’exil serait inhérent à l’homme.

Et puis, individuellement, l’exil est, dès le premier cri, l’expulsion brutale hors du lieu de gestation aquatique où tout est donné, offert, vers un milieu aérien et un lieu nouveaux, nouvel exil. Et puis tout au long de la vie, à chaque épreuve… Sauf que, selon Claude Vigée, « Privé de la conscience née de la présence secrète de l’Aleph en chacun de nous, le monde matériel est pur exil pour l’homme ; dès que cette conscience s’éveille en nous, le temps promis de la rédemption et du retour peut commencer enfin sur terre » (Claude Vigée, Dans le silence de l’aleph, Paris, Albin Michel, 1992, p. 31). C’est ce que suggère François Cheng lorsqu’il définit le vrai voyage comme « […] la transmutation d’un voyage qu’on a déjà fait en soi, un soi qui cherche à se transcender en vue d’un dépassement, d’une réconciliation » (François Cheng, L’un vers l’autre : en voyage avec Victor Segalen, Paris, Albin Michel, 2008, p. 41). C’est autour de la question de l’exil de l’âme que se nouera l’exposé, et de l’idée de réconciliation qui va de pair avec celle de réparation (en hébreu Tiqoun), un voyage vers les retrouvailles, avec soi et avec l’autre, des retrouvailles collectives téléologiques. »

>>> Pour consulter le programme complet du colloque des 5 et 6 juin 2015, cliquez sur l’image ci-dessous !

Claude Vigée

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s