« Shanghai-la-juive » de Michèle Kahn, inaugure la nouvelle collection les « Echos » aux éditions du Passage


Shanghai-la-juive, ce récit de Michèle Kahn paru en 1997 chez Flammarion et indisponible depuis – victime de son succès avec 60 000 exemplaires vendus – est à nouveau publié aux éditions Le Passage, dont il inaugure le format semi-poche. La sortie en librairie est prévue pour le 19 mars…

J’y tiens sentimentalement à mon petit exemplaire de poche paru en 1997, et cela pour plusieurs raisons. D’abord, à l’époque de la parution de Shanghai-la-juive, je faisais des études de langues et de civilisations orientales – un double cursus d’Hébreu et de Chinois – à l’INaLCo, parce que les deux cultures me passionnaient profondément. Ce double intérêt intellectuel prenait corps dans ce récit sur le Shanghai du début du siècle, qui me rappelait la présence juive en Chine, depuis de nombreux siècles, dans d’autres lieux cependant. Mais Shanghai devenait pour moi symboliquement le catalyseur des deux cultures…

D’autre part, ma rencontre avec l’auteur, Michèle Kahn, à la suite de la lecture de son livre, dans un café parisien du 15e arrondissement. Les échanges furent chaleureux, un brin intimidés et émus pour ma part devant cet auteur célèbre et qui m’avait fait découvrir, à travers son récit, un pan inconnu de l’existence d’un couple d’amis en Chine, Pierre et Alice Fano. Michèle Kahn me confia qu’elle avait rencontré Pierre et Alice pour la rédaction de Shanghai-la-juive, afin qu’ils lui livrassent (aïe, désolée pour le subjonctif !) leur témoignage de cette époque, où ils incarnaient les riches puissances étrangères à Shanghai.

Alice Fano, je l’ai connue sur les bancs de l’INaLCo, quand nous buvions ensemble les paroles de François Cheng. Une vieille dame distinguée, aux cheveux d’un blanc soyeux, au regard bleu pétillant, à l’esprit original et ouvert, avec laquelle s’est nouée une vraie complicité. Régulièrement, je la retrouvais avec une autre amie, dans son vaste appartement-musée d’antiquités chinoises, Quai de la Mégisserie à Paris, pour travailler à la traduction d’un commentaire important du classique chinois intitulé Livre des Mutations (Yijing), attribué à Confucius, le Xici zhuan 繫辭傳. Passionnée de ce classique, un des plus fondamentaux de la culture chinoise, qu’elle avait étudié avec un maître chinois à Shanghai, dans le texte et dans la pratique aussi – ces deux aspects étant indissociables pour la Chine – avec le tirage des hexagrammes du Yijing à l’aide de baguettes d’achillée – elle nous faisait part de ses réflexions, tandis que nous lui confions à notre tour les difficultés de traduction que nous avions rencontrées à la lecture du texte.  Quoi de plus banal, quand des traducteurs travaillent ensemble… Sauf qu’il y avait des temps de digression, où l’air se chargeait soudain de lavande, se saturait du chant des cigales… Nous suivions les pas d’Alice en Provence, dans les champs que sa grand-mère parcourait avec elle, à la découverte des simples … Parfois aussi, une exhalaison d’opium venait nous chatouiller les narines, accompagnée de l’écho lointain d’un maharadja dans le Shanghai cosmopolite. Cet opium tant à la mode dans les années Shanghai, dont les vapeurs se glissaient dans son appartement chinois, nous racontait Alice, et qui suffisaient à halluciner l’entourage… Puis, ces quelques volutes aux allures de maharadja dissipées, nous reprenions le cours sérieux de notre échange sinologique…

Nostalgie de ces moments intimes avec Alice… Pour découvrir ses travaux sinologiques, sur le Yijing en particulier, je vous recommande Les 9 figures de base de la pensée chinoise , petit ouvrage très intéressant, édité chez Guy Trédaniel (Paris, 2006).

Et pour le sujet qui nous intéresse ici, vous pouvez lire le dossier dédié à Shanghai-la-juive à laquelle le Centre Medem (Paris 10e) – en partenariat avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah – avait consacré une exposition itinérante en 2007, dont voici le catalogue ci-dessous… avec une introduction de Michèle Kahn :

 

Shanghai-la-juive (Michèle Kahn, Paris, collection "Echos", éditions du Passage, 2015)

Shanghai-la-juive (Michèle Kahn, Paris, collection « Echos », éditions du Passage, 2015)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s