« Douce France », un coup de bombe sur l’identité française par C215…


Vous avez dit la France ? A l’heure où la peur de perdre son identité redevient si aiguë en Europe, en raison des mouvements migratoires et des brassages de population, provoquant selon certains un choc des cultures, et réveillant de vieux démons dignes de la chasse aux sorcières, Christian Guémy, alias C215, expose à la mairie du 13e arrondissement de Paris, sa propre vision de la France, comme un coup de bombe aux idées reçues…

Portrait de C215

Portrait de C215

 

« Douce France » sonne comme une vieille rengaine de Charles Trenet, celle d’une France aux accents éternels, pétrifiée, dans un passé fantasmé… Coup de bombe sur les préjugés ! La « Douce France » de C215 est protéiforme, aux multiples visages et couleurs, à l’histoire contrastée, avec ses zones d’ombre – Pétain et le Vichysme, Dreyfus et l’antisémitisme, le colonialisme – et ses zones de lumière avec la prise de position de ses têtes pensantes comme Zola avec la liberté de la presse.

C215

Lumière encore… Mais cette fois, avec le feu des projecteurs. D’autres visages connus, populaires, apparaissent : des portraits d’artistes  – des acteurs comme Belmondo ; des chanteurs Serge Gainsbourg, Johnny Halliday, Renaud, Sacha Distel, etc. -; des musiciens tel Django Reinhardt – , des plasticiens comme Marcel Duchamp, Soulages ; des écrivains comme Prévert, côtoyant le très controversé Michel Houellebecq…

Les footballeurs ont la cote! Franck Ribéry, Djibril Cissé… Mais… Surprise!? Où est Zidane?…  « Je n’ai pas réussi à le dessiner. Il n’a pas de visage, pas d’expression, tout est à l’intérieur, rien ne passe, le visage est lisse« , regrette C215.

Et les politiques siègent en bonne place, bien sûr, François Hollande sur un emballage de dessert de la marque Flanby, figurant sa mollesse légendaire, ou encore Dominique Strauss-Kahn sur un distributeur de préservatifs renvoyant à sa récente accusation de viol et la révélation de ses obsessions sexuelles…

Django Reinhardt

Django Reinhardt

Les supports sont variés et toujours intimement liés au portrait. Ils renvoient à une histoire, une histoire parfois révolue ou en passe de l’être, que C215 intègre à son œuvre  : cartes de France d’un autre temps – que l’instituteur, ou l’institutrice, accrochait en classe pour apprendre la géographie aux élèves – ;  boîtes aux lettres plus ou moins volumineuses, jaunes ou rouges, condamnées à devenir tôt ou tard objets de musée devant le recul de la correspondance épistolaire. Sans doute un petit faible d’ailleurs pour le courrier postal, car il a dessiné un timbre en 2014 intitulé « Danse de rue ».Danse de rue, C215, La Poste 2014

Supports liés à l’histoire, comme cette carte de la France vichyste sur laquelle figure le visage de Pétain. Mais parfois aussi plus directement en rapport avec l’œuvre de l’artiste auquel il se réfère comme la guitare manouche peinte du portrait de Django Reinhardt ou celui de Marcel Duchamp trônant sur l’intérieur de l’abattant relevé d’une cuvette de toilettes, renvoyant à sa fameuse « Fontaine », un urinoir…

Marcel Duchamp

Marcel Duchamp

Ceux qui s’attendent à une exposition traditionnelle avec le nom des œuvres, de l’artiste, du sujet seront déçus. Pas de cartel sur les œuvres : au diable les étiquettes ! Si on veut des renseignements, on demande, on interroge directement l’artiste. S’il n’est pas là, les réponses sont dans le catalogue. Et puis, si on ne veut pas consulter le catalogue, pas besoin de savoir, après tout, il suffit de sentir, de s’émouvoir, et de rire devant la provocation ! C215 avoue une autocensure – non, le portrait de Nicolas Sarkosy n’apparaîtra pas sur du papier hygiénique –  une volonté de ne pas soulever des hostilités dans le camp adverse…

C215 confie ne pas aimer peindre sur une toile blanche, mais alors, pas du tout. Peut-être est-ce dû à la peur… comparable à celle de l’écrivain devant sa page blanche, vierge ? Peur de l’inconscient ? C215 est un artiste urbain, son art est dans la rue. C’est sa façon de participer activement à la vie de la cité. Ce qui pourrait expliquer pourquoi les supports qu’il utilise ne peuvent pas être vierges.

Alors, si vous passez à Paris, venez visiter cette exposition à la mairie du 13e, jusqu’au 28 janvier 2015…

Advertisements

2 réflexions sur “« Douce France », un coup de bombe sur l’identité française par C215…

  1. La France ne se résume pas à son XXe siècle et à des figures de la société médiatique… sans talent qui abrutissent les masses. Triste constat que cette exposition, et quel gaspillage d’argent ! Il existe tant de grandes figures de la pensée scientifique, politique, artistique française, mais assurément guère les personnalités présentées lors de cet événement. Un beau bilan de l’inculture générale des élites qui pensent faire le Bien, alors qu’elles donnent de fausses valeurs aux gens.

    • Il s’agit là d’un reflet de la culture populaire à travers le regard d’un artiste de street art, C215, sans prétention, sinon celle d’exercer son art urbain. Il s’agit d’un regard tout à fait personnel, caustique, notamment sur les zones d’ombre d’une « Douce France » idéalisée et des travers de ceux qui l’ont gouvernée à certaines périodes de l’histoire. Quelques facettes de l’histoire vécue par l’artiste et ceux de sa génération…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s