Séminaire « Expérience de l’exil » (Alexis Nuselovici)


Mise en ligne sur le site des Archives Audiovisuelles de la Recherche de la séance inaugurale du séminaire le 20 février 2013  avec Alexis Nuselovici (Nouss) et Michel Wieviorka

Programme "Non-lieux de l'exil" (Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris)

Programme « Non-lieux de l’exil » (Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris)

<<< Pour écouter la vidéo, cliquez sur l’image

Deux programmes étudient en complémentarité l’exil au sein de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Le programme thématique Non-lieux de l’exil, établi en 2012 et co-dirigé par Alexandra GALITZINE et Alexis NUSELOVICI (Nouss), regroupe une équipe d’une vingtaine de membres français, européens et internationaux et est doté d’un conseil scientifique. Les « rencontres » et événements qu’il organise se caractérisent par une large ouverture aux artistes, réalisateurs, praticiens et chercheurs et enseignants-chercheurs issus de champs disciplinaires distincts.  Depuis février 2013, ces réflexions croisées se poursuivent, dans une perspective plus théorique, dans le séminaire L’expérience de l’exil dirigé par Alexis Nuselovici (Nouss) au sein du Collège d’études mondiales (FMSH). L’objectif de ces deux programmes est de fonder, à terme, des études exiliques inexistantes dans les mondes francophones.

Qu’ont en commun Ovide sur le rivage de la Mer Noire, Dante banni de Florence, Voltaire à Londres et Adam Mickiewicz à Paris ? Edward Saïd  et Julio Cortázar ? L’artiste ayant fui l’Allemagne nazie ou l’intellectuel la Russie stalinienne au siècle dernier, le militant communiste chassé par une dictature sud-américaine et, de nos jours, l’ouvrière mexicaine de Los Angeles, le demandeur d’asile africain à Rome ou le clandestin kurde de Calais ? Les causes sont diverses et les circonstances différentes mais ils partagent tous une même expérience, celle de l’exil, que nous nommons « expérience exilique » afin d’en assurer la spécificité et de la fonder conceptuellement.
La penser permettrait de mieux appréhender les phénomènes migratoires contemporains, de guider la compréhension de la large gamme des expériences migratoires passées :  migrants et post-migrants sont  d’abord des exilés.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s