19es Rencontres d’Aubrac (août 2014) : le programme du ciel étoilé (Francis Cransac)


« Les imaginaires du ciel étoilé » du 18 au 22 août 2014

19es rencontres d'Aubrac (2014)

19es rencontres d’Aubrac (2014)

Objectifs du projet

Un festival à dominante littéraire, une manifestation internationale dans une région du sud de la France : le plateau d’Aubrac (12).
Un large public en provenance de toute la France, une couverture médiatique locale, régionale et nationale.

Caractéristiques

Des communications, témoignages et tables-rondes suivies d’échanges avec le public animés par des journalistes-écrivains Marie-Hélène Fraïssé (France Culture), Frédéric Ferney et Philippe-Jean Catinchi (Le Monde) avec :
Écrivains : Abdelwahab Meddeb, Henri Atlan, Jacques Arnould, Olivier Germain-Thomas, Philippe Di Folco, Éric Walbecq, Patrick Fishmann, Chantal Robillard, Sylvie Giono, Marie-Hélène Fraïssé, Agnès Échène, Manfeï Obin, Dido Lykoudis, Jean-Marc Terrasse, Christian Labrande, Vincent Wackenheim…
Universitaires : Chiwaki Shinoda, Kuniko Uemura, Jean-Christophe Saladin, Joëlle Ducos, Nicole Revel, Jean Baumgarten, Mireille Sacotte, Anna Caiozzo, Xavier-Laurent Salvador, Jean-Jacques Vincensini, Jean-Patrice Boudet, Frédéric Alexandre, Leili Anvar, Muriel Chemouny, Ronald Perlwitz, Louis Cruchet, Marie-Laure Alvès, Jacques Mény…
Astrophysicien, historien des sciences :
Sylvie Vauclair, Régis Morelon, Léo Dubal, SébastienVauclair,
Astronaute : Thomas Pesquet

Des temps artistiques

* Spectacle d’ouverture à la Fontaine Grégoire (Saint-Urcize) « Conte-moi les étoiles sous la voûte »
Manfeï Obin (conteur ivoirien), Charly Obin (musicien)
« Les Fontaines de Cassiopée » Patrick Fischmann (conteur)
« Romance à l’étoile » Igal Shamir (violoniste) (partition musicale adaptée de Tannhauser de Richard Wagner, texte-présentation de Ronald Perlwitz, Université de Bayreuth)
* Concerts dans l’église de la Dômerie d’Aubrac (12e siècle) :
« Peirol, un troubadour sous les étoiles » Bruno Bonhoure ~ chant (ténor) & direction musicale et l’ensemble La Camera Delle Lacrime, conception artistique, mise en scène ~ Khaï-dong Luong
« La lune et les étoiles… » (Psaume 8 des Lamnatséah’al hagitit de Salomone Rossi), Igal Shamir (violon)
« De Stella Nova » par l’ensemble italien La Reverdie (avec le soutien de la Fondazione Ugo et Olga Levi de Venise,  Claudia Caffagni (chant, luth, salterio), Livia Caffagni (chant, flûte, vielle), Elisabetta De Mircovich (chant, vielle), Doron David Sherwin (chant, cornet à bouquin, arrangement)
• Lectures dans salle des fêtes de St Chély d’Aubrac (avec le soutien de La Fondation d’entreprise La Poste)
Extraits de Correspondances : Galilée-Kepler, Jean Giono, Vincent Van Gogh, Matthieu Dessertine, comédien
« Étoiles filantes » (textes mythologiques), Agnès Échène, diseuse
• Spectacle dans salle des fêtes de St Chély d’Aubrac
Naviguer aux étoiles : l’Illiade secrète d’Homère, Dido Lykoudis, comédienne
• Films : Le Château dans le ciel de Hayao Miyazaki,
La Nostalgie de la lumière de Patricio Guzmann
• Observation du ciel autour du lac d’Aubrac (en partenariat avec le CNES et la Clé de étoiles) avec des animateurs de clubs régionaux d’astronomie, des scientifiques, des spécialistes des mythes, des bergers et des conteurs (Manfeï Obin, Patrick Fishmann, Dido Lykoudis)
• Vidéos projetées en boucle à la Maison de l’Aubrac (18-22 août)
Explorations spatiales, vidéos du CNES
• VOIE LACTÉE , œuvres du peintre Emmanuelle Renard à la Grange de l’Annexe, Aubrac du 18 au 22 août
Des rencontres informelles personnelles et professionnelles lors des temps conviviaux de partage de repas en commun.
Un espace Librairie proposé par La Maison du Livre (Rodez) en cohérence avec le thème.
__________________________________________________________________________
Dans le prolongement de la précédente édition des Rencontres d’Aubrac consacrées aux Imaginaires de l’Eden, nous poursuivrons notre « voyage » en nous projetant vers ce merveilleux cosmos dont le spectacle du ciel étoilé chaque nuit renouvelée a bouleversé tous les peuples les invitant à en donner des représentations, aujourd’hui pour beaucoup d’entre elles ignorées même si la mémoire des noms des étoiles et des constellations perdure. Des mythes d’origine dans toutes les cultures aux savoirs populaires, de la réflexion individuelle aux développements des religions, de la métaphysique à la place prise par les diverses sciences (de l’astrologie à l’astronomie, aux mathématiques, à la physique) qui ont choisi le ciel pour objet d’étude, nous sommes passés d’une conception d’un monde qui pouvait se penser fini à un désir d’infini dont les développements de la recherche fondamentale sur le corps, la structure des étoiles et les multiples projets de conquêtes spatiale excitent particulièrement l’intérêt de l’homme contemporain. Mais se projeter toujours plus loin dans le futur et dans l’inconnu n’exclut pas que les connaissances dont nous avons hérité nous soient encore fort précieuses. C’est dans ce double mouvement que s’inscrira notre programmation sous la forme d’une « carte du ciel » faisant apparaître « diverses phases de ces Imaginaires du ciel étoilé » :
– mythologies et récits du monde entier
– archéologies, astrologie et croyances populaires (disque céleste de Nebra, calendriers, dictons…)
– symbolique du ciel et des étoiles dans les religions et la philosophie
– découvertes et conquêtes scientifiques (lunette révolutionnaire de Galilée, astronomie, astrophysique, sciences modernes),
– représentations dans l’art (miniatures persanes et médiévales, ciels romantiques, Nuit étoilée de Van Gogh, ciels des surréalistes, science fiction…) et photos scientifiques
– musiques du ciel
Contemplation du ballet des fils de la terre dans la nuit bleutée
Les constellations – ces regroupements d’étoiles aussi anciens qu’arbitraires car simplement fondés sur l’apparence que nous présente le ciel nocturne – font partie de notre paysage quotidien autant que de nos croyances les plus répandues. Le ciel astronomique est ainsi peuplé de personnages et d’animaux fabuleux dont les noms nous sont pour certains familiers et d’autres énigmatiques.
Des récits mythologiques et populaires, innombrables dans toutes les cultures, témoignent de ces projections (hommes-étoiles, hommes-oiseaux, anges, ascension des âmes des défunts…).
Sur le plan littéraire et plus largement folklorique, un imaginaire spécifique de ce plan mythique du ciel étoilé a été associé à une représentation particulière de la circulation des âmes, des individus.
La voie lactée par exemple a été d’une large influence sur la construction de nombreuses civilisations (de la Chine à l’Indonésie et au Japon, du monde des Indiens du Nord aux Mayas, de l’Afrique à l’Égypte, et à Babylone, du monde grec au monde arabe, du monde occidental au monde oriental avec le miroir de Jacob, l’étoile de la Nativité, Moïse astronome dans les trois cultures médiévales du Livre). Combien de villes, de capitales sont fondées par l’observation du ciel (étoiles, oiseaux mythiques : Mexico) ?
Un lien entre l’homme et le cosmos : tout dans le ciel est signe à déchiffrer. L’homme de l’Antiquité se sent en harmonie avec le ciel, avec ses astres et ses constellations. Dans son ouvrage Les Catastérismes, Ératosthène, le grand savant d’Alexandrie, nous offre l’acte de naissance des figures des constellations à travers lesquelles nous regardons encore le ciel aujourd’hui (On les retrouve aussi bien dans le zodiaque tartare et tibétain). D’une manière générale, le catastérisme est vécu comme une réalité transcendante ou comme une allégorie de la destinée humaine, trouve de nombreuses attestations dans la littérature, l’expression de la foi et les sciences des haruspices, des astrologues, et des astronomes. Puisque correspondance il y a, tout ce qui se passe sur Terre doit avoir sa cause dans le ciel.
Cette pensée se développe durant l’Antiquité et le Moyen Âge, qui l’incorpore au christianisme. Ce lien intime entre vécu intérieur et vie extérieure du monde est alors particulièrement souligné par la mystique rhénane Hildegarde de Bingen : « L’homme a en lui-même le ciel et la terre », écrit-elle dans son Scivias.
Il faut également intégrer tous les pèlerinages (Saint Jacques, Jérusalem, La Mecque) comme des constructions symboliques verticales vers la route des étoiles…
Dans le domaine des sciences, il faut bien sûr penser à l’observation des étoiles, la géométrie (qui est la construction du plan de  représentation des plans étoilés) mais aussi à la science de la connaissance des oiseaux, eux qui sont la constellation du ciel du jour et les messagers entre le plan de la surface et le plan étoilé. Une place de choix est à faire à l’astronomie arabe – qui s’est développée entre le neuvième et le quinzième siècle – comme s’il n’y avait rien eu autour de la Méditerranée entre l’astronomie de Ptolémée, au deuxième siècle de notre ère, et celle de Copernic, au seizième siècle. Les travaux récents permettent de montrer qu’il est impossible de comprendre vraiment l’apparition de l’astronomie classique en Europe si l’on ne tient pas compte des résultats acquis par les astronomes arabes.
L’Univers détrône le ciel Alors que lunettes et télescopes dévoilent des horizons de plus en plus distants, la vision scientifique se met en place entre Copernic et Newton. Par nature très réductrice, elle frustre plus d’un esprit. Le ciel perd son mystère ; il n’échappe plus à nos lois, il n’est plus un « ailleurs » mais un domaine à explorer comme un autre. Ciel matériel et ciel spirituel sont dissociés. Le
ciel des astronomes, celui que nous voyons au-dessus de nos têtes, devient celui des savants et des physiciens. C’est alors que disparait la distinction entres mondes terrestre et céleste, et s’installe l’idée d’univers.
Ce tournant peut sembler paradoxal, car l’inspiration issue de l’Antiquité reste active et joue parfois un rôle important chez ceux-là mêmes qui permettront sa disparition, en bouleversant la vision du monde et en créant la science proprement dite. Kepler l’illustre parfaitement : d’un côté, il raille les aspects mystiques de son contemporain Fludd en le situant dans la tradition des « alchimistes, hermétiques et paracelsiens », tandis que lui-même se situe à bon droit dans celle des mathématiciens ; de l’autre, il cherche à connaître les propriétés de « l’âme du monde » et dresse des horoscopes.
Kepler, sans doute le dernier à pouvoir être à la fois astronome et astrologue, sera à son tour critiqué par Galilée.
La permanence des étoiles
« La science commença par les étoiles et l’humanité découvrait en elles les dominantes de l’inconscient, les « dieux » ainsi que les singulières qualités psychologiques du zodiaque : projection d’une doctrine complète du caractère humain », écrit Carl Gustav Jung (Psychologie et alchimie). Il n’est peut-être pas nécessaire d’aller aussi loin pour considérer la richesse d’évocation associée aux objets célestes, planètes et étoiles, système solaire, et aujourd’hui galaxies. Le symbolisme de l’étoile se retrouve sous des formes diverses dans toutes les religions, sociétés… de toutes civilisations, jusqu’au drapeau de l’Union européenne !
« C’est dans ton cœur que se trouvent les étoiles de ton destin », déclarait Schiller. Ce destin étant si incompréhensible, toute époque est tentée d’invoquer, pour l’expliquer, des forces ou des influences qui viennent d’ailleurs. Le ciel représente cet ailleurs : conjonctions favorables ou défavorables, bonnes ou mauvaises étoiles, cieux propices… Tandis que le ciel matériel est peu à peu occupé par des avions, des satellites, des fusées, le ciel imaginaire garde un pouvoir symbolique éternellement présent. Après le modèle du système solaire, archétype fructueux à partir duquel fut bâti le modèle planétaire de l’atome, les concepts de trou noir, de big bang, ont largement essaimé aujourd’hui dans le langage quotidien. Nouvelles images mentales, désir d’infini, nouveaux modèles possibles, sujets de métaphore, ces objets du ciel matériel habitent aussi le ciel imaginaire de nos cultures.
Les premières Rencontres d’Aubrac avaient en 1994, salué Jean Giono. En 2014, il reviendra avec bonheur dans notre programmation !
« Les constellations ouvrent lentement les branches dorées de tous les compas de perspective.  Comme une lourde chute de neige qui accable les hauts plateaux dans les ténèbres des nuages, brille, portant suspendu au plus petit feuillage de ses flocons un reflet à peine gris qui vole comme un oiseau et multiplie ses reflets sur de telles épaisseurs que tous les millimètres de l’espace se matérialisent, les grandes étoiles ouvrent devant nous l’éclatante bourrasque de la matière. Les rayons parallèles de nos yeux se rejoignent dans les flammes glacées de toutes ces étoiles. De chaque point du ciel elles ont l’air de jaillir d’une main qui les tenaient serrées et enfin, les ayant lancées, les écarte de nous. » Jean Giono (Le Poids du Ciel)
Francis Cransac (2014)

________________________________________________
Programme (sous réserve de modifications)

LUNDI 18 AOÛT
18h à St-Urcize (Fontaine Grégoire, chez Fred)
Spectacle d’ouverture
« Conte-moi les étoiles sous la voûte » Manfeï Obin (conteur ivoirien), Charly Obin (musicien)
« Les Fontaines de Cassiopée » Patrick Fischmann (conteur)
« Romance à l’étoile » Igal Shamir (violoniste) (partition musicale adaptée de Tannhauser de Richard Wagner, texte-présentation de Ronald Perlwitz, Université de Bayreuth)
MARDI 19 AOÛT
9 h ACCUEIL DES PARTICIPANTS à St-Chély d’Aubrac (Salle des fêtes) Jean-Claude Fontanier, conseiller général
9 h 40 OUVERTURE DES RENCONTRES
Anne-Marie Escoffier, sénateur de l’Aveyron
10 h ORIENTATIONS DES JOURNÉES
Francis Cransac, président de l’Association À la Rencontre d’Écrivains, Xavier-Laurent Salvador, maître de conférences à l’Université Paris 13
10 h 10 Des Poètes astrologues en Perse Leili Anvar, maître de conférences à l’Inalco, auteur
10 h 30 Histoire(s) de comètes au Moyen Age : naissance de la cométographie, Joëlle Ducos, professeur à l’Université de Paris-Sorbonne Paris-IV
11 h Étoile filante, Agnès Échène, chercheuse à l’EHESS-Toulouse, auteure, diseuse
11 h 10 Entre Ptolémée et Copernic, les apports de l’astronomie arabe à l’Europe, Régis Morelon, spécialiste de l’histoire des sciences arabes, CNRS et IDEO
11 h 45 Ciel spirituel, Abdelwahab Meddeb, poète, essayiste
échanges avec le public par Philippe-Jean Catinchi, Le Monde
13 h Boeuf d’Aubrac grillé proposé par Lucien Conquet, Laguiole
15 h Carnets de route sous la voûte étoilée, Marie-Hélène Fraïssé, écrivain, grand reporter
15 h 15 Archéoastronomie en Polynésie française : les dons du ciel, Louis Cruchet, chercheur en achéoastronomie et ethnoastronomie à Tahiti
15 h 35 Les étoiles, les travaux et les jours, Palawan (Philippines)
Nicole Revel, directeur de recherche émérite au CNRS, ethnologue, linguiste
16 h 10 L’héliocène et ses scribes, Léo Dubal, physicien
16 h 30 Panorama du ciel d’Orient au Moyen Âge dans les manuscrits enluminés, Anna Caiozzo, maître de conférences à l’Université Paris 7 Denis Diderot
17 h Lecture du ciel étoilé et destins catastrophiques ? (A propos d’un épisode du Roman de Mélusine), Jean-Jacques Vincensini, professeur à l’Université de Tours
17 h 15 Le Calendrier des bergers : naissance d’un best seller, Jean-Patrice Boudet, professeur d’histoire médiévale à l’Université d’Orléans
échanges avec le public par Marie-Hélène Fraïssé, France Culture
18 h Naviguer aux étoiles : l’Illiade secrète d’Homère, spectacle (création) proposé par Dido Lykoudis, comédienne
19 h 30 Dîner sous les étoiles à Aubrac proposé par L’Hôtel de la Dômerie
21 h Concert à AUBRAC : église de la Dômerie (12e) présenté par Philippe-Jean Catinchi (Le Monde)
Peirol, un troubadour sous les étoiles, Bruno Bonhoure ~ chant (ténor) & direction musicale, et l’ensemble La Camera Delle Lacrime
Andreas Linos – Dessus de viole, yayli tanbur, Christophe Tellart – Vielle à roue, flûtes, Antoine Morineau – Percussions cornemuse
Khaï-dong Luong ~ conception artistique, mise en scène.
MERCREDI 20 AOÛT
9 h ACCUEIL DES PARTICIPANTS à St-Chély d’Aubrac (Salle des fêtes)
9 h 10 Une étoile comme bouclier ou un bouclier comme étoile : le magen David, Muriel Chemouny, chargée de mission à la Maison des Sciences de l’Homme, Paris
9 h 30 La Lune dans quelques sources juives, Jean Baumgarten, directeur de recherches au CNRS et au Centre d’Études Juives
9 h 50 L’envers du ciel, Henri Atlan, médecin, philosophe, écrivain
10 h 20 La Lune assassinée, Chiwaki Shinoda, professeur à l’Université de la vile d’Hiroshima
10h 50 Étoile filante, Agnès Échène, chercheuse à l’EHESS-Toulouse, auteure, diseuse
11 h Miroirs célestes du désert, ou de l’art d’épier les étoiles, Xavier-Laurent Salvador, maître de conférences à l’Université Paris 13
11 h 30 L’apparition de la Callisto à Galilée dans la nuit du 7 janvier 1610, Jean-Christophe Saladin, historien, Marlène Guichard, soprano, François Bonnet, luthiste
13 h Aligot au Buron proposé par Jeune Montagne
15 h Extraits de la correspondance entre Kepler et Galilée (avec le soutien de la Fondation La Poste), lecture par Matthieu Dessertine, comédien
15 h 20 Le corps des étoiles, Sylvie Vauclair, astrophysicienne, professeur à l’Université Paul Sabatier-Toulouse 3, membre de l’Institut Universitaire de France
Sons bruts d’étoiles (écoute d’un enregistrement-transposition de sons d’étoiles), Claude-Samuel Lévine, musicien, spécialiste de musique électronique
15 h 50 Le Voyage de Cyrano de Bergerac dans L’Autre Monde, Olivier Germain-Thomas, écrivain
16 h 10 Astronomie populaire de Camille Flammarion, Éric Walbecq, écrivain, bibliothécaire à la BNF
16 h 30 Le Voyage dans la Lune (16′), projection du film de Georges Méliès, présentation par Jacques Mény, cinéaste, directeur de la Revue Giono
16 h 50 Doctor Spock dans Star Trek, Philippe Di Folco, écrivain, scénariste
17 h 10 Table-ronde : Qu’allons-nous faire dans les étoiles ? De l’éthique dans la conquête spatiale, Thomas Pesquet, astronaute
Sylvie Vauclair, Académie nationale de l’air et de l’espace, Institut spatial de Berne; Jacques Arnould, historien des sciences, théologien
18 h Créations de réserves de ciel étoilé, Sébastien Vauclair, astronome, directeur de Cosmodiff et de la Clef des étoiles
19 h AUBRAC (Église de la Dômerie) concert présenté par Philippe-Jean Catinchi (Le Monde) (avec le soutien de La Fondation Ugo et Olga Levi )
« La lune et les étoiles… » (Psaume 8 des Lamnatséah’al hagitit de Salomone Rossi), Igal Shamir (violon)
De Stella Nova, par l’ensemble italien La Reverdie, Claudia Caffagni (chant, luth, salterio), Livia Caffagni (chant, flûte, vielle), Elisabetta De Mircovich (chant, vielle), Doron David Sherwin (chant, cornet à bouquin)
22 h Lac des Moines (à la sortie d’Aubrac), Lectures, observations du ciel d’Aubrac (en partenariat avec le CNES et la Clé de étoiles), avec des animateurs de clubs régionaux d’astronomie, des scientifiques, des spécialistes des mythes, des bergers et conteurs (Manfeï Obin, Patrick Fishmann, Dido Lykoudis)
JEUDI 21 AOÛT
9 h ACCUEIL DES PARTICIPANTS à St-Chély d’Aubrac (Salle des fêtes)
9 h 20 Le paysage de la nuit, Frédéric Alexandre, professeur de géographie à l’Université de Paris 13
9 h 45 Secrets du ciel, pouvoirs sur terre dans la Chine impériale, Danielle Elisseeff, historienne, membre du « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine », EHESS
10 h 15 Le symbolisme des étoiles dans la cosmologie de Kenji Miyazawa, l’auteurde Train de nuit dans la voie lactée, Kuniko Uemura, professeur à l’Université de Kobe (Yogo)
10 h 45 Une poétique des étoiles dans l’oeuvre de Jean Giono, Mireille Sacotte, professeur de littérature à l’université Sorbonne Nouvelle, Paris 3
Jean Giono, la tête dans les étoiles (avec le soutien de la Fondation La Poste), lecture par Matthieu Dessertine, comédien
échanges avec Sylvie Giono et Jacques Mény (en partenariat avec l’Association des amis de Jean Giono)
11 h 45 Les astres dans la vie quotidienne et la culture polynésiennes, Louis Cruchet, chercheur en achéoastronomie et ethnoastronomie à Tahiti
13 h Pique-nique autour du lac d’Aubrac proposé par Thierry Maurin, traiteur à Espalion
15 h Extraits de la correspondance générale de Vincent Van Gogh à propos de la composition de La Nuit étoilée (avec le soutien de la Fondation La Poste), lecture par Matthieu Dessertine, comédien
15 h 30 Lueurs du désir dans la constellation des Lucioles de Pier Paolo Pasolini, Marie-Laure Alvès, chercheuse
16 h Le Rêve d’Icare de Matisse, Jean-Marc Terrasse, directeur de l’Auditorium du musée du Louvre
16 h 30 Fendre la nuit étoilée, premiers courriers, Chantal Robillard, écrivain
16 h 50 Étoile filante, Agnès Échène, auteure, diseuse
17 h 10 Marques étoilées, Vincent Wackenheim, écrivain
17 h 30 Musiques de nuit, Christian Labrande, auteur-réalisateur de films musicaux, producteur l’Auditorium et des manifestations culturelles du musée du Louvre, directeur de Classiflims
20 h 30 Salle des fêtes de Saint-Chély d’Aubrac
Soirée cinéma jeune public et familles :
La Luna (2011) film d’animation, de Enrico Casarosa, durée : 7′
Le Château dans le ciel (1986), film d’animation japonais, de Hayao Miyazaki, durée : 2h04
VENDREDI 22 AOÛT
10 h ACCUEIL DES PARTICIPANTS au cinéma LE REX à Espalion
10 h 15 Nostalgie de la lumière, film de Patricio Guzman (2010) durée : (94′)
12 h 30 Buffet sur les berges du Lot

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s